Spectre autistique

 

Autisme, Asperger, TED, TSA: comment s’y retrouver?

 

Auteure : Karine Morasse, Ph.D.

Depuis mai 2013, le Trouble du spectre autistique (TSA) regroupe les conditions qui étaient connues sous les noms d’autisme, syndrome d’Asperger, TED non spécifié et Trouble désintégratif de l’enfance. La 5e édition du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) de l’Association Américaine de Psychiatrie (APA) redéfinit en effet ce que l’on nommait auparavant les Troubles envahissants du développement.

Cette redéfinition de l’autisme est basée sur les recherches scientifiques menées au cours des dernières décennies, recherches qui ont permis une meilleure compréhension de cette condition et des troubles associés.

 CaracteristiquesTSA

QU’EST-CE CE QUE LE TSA ?

Le Trouble du spectre autistique, appelé aussi Trouble du spectre de l’autisme ou plus simplement autisme, est un trouble du développement. Les premiers signes se manifestent en bas âge, mais l’impact au quotidien peut ne devenir évident que plus tard, vers l’âge scolaire par exemple. L’autisme, tel que défini par le DSM-5, est caractérisé par deux catégories de comportements atypiques. La première catégorie concerne la communication sociale et les interactions sociales, alors que la seconde touche les aspects restreints et répétitifs des comportements, intérêts et activités.

TDA-DSM5 

 1. DÉFICIT DE LA COMMUNICATION SOCIALE ET DES INTERACTIONS

Les autistes manifestent moins de réciprocité sociale que les neurotypiques (c’est ainsi que les autistes appellent les personnes non autistes). L’absence de réciprocité se traduit par le fait d’être «dans sa bulle» et de ne porter aucune attention aux autres, mais le manque de réciprocité se manifeste souvent par des signes plus subtils.

Par exemple, certains autistes n’initient pas les interactions, mais répondent volontiers aux gens qui s’adressent à eux. D’autres vont d’eux-même vers les gens, mais d’une façon atypique, par exemple en se tenant tout près d’eux et en les fixant intensément.

On observe aussi un partage limité des intérêts et des émotions. Par exemple, la petite Sophie, contrairement à sa soeur Adèle, n’appelle jamais ses parents pour leur montrer ses dessins ou ses constructions en Lego. De plus ses parents ont dû déduire qu’elle aimait dessiner et faire des Lego parce qu’elle y passe beaucoup de temps et qu’il est difficile de l’amener à faire autre chose, mais Sophie ne manifeste pas son plaisir lors de ces activités.

Le manque de réciprocité sociale peut aussi se manifester par une difficulté à initier ou à soutenir une conversation. Par exemple, certains autistes répondront de façon laconique aux questions qu’on leur pose et on devra sans cesse nourrir la conversation, alors que d’autres monologuent sans arrêt sur un sujet qui les intéresse, sans se préoccuper de l’intérêt de leur interlocuteur.

Le trouble des interactions et de la communication sociales se manifeste aussi par des difficultés avec la communication non verbale. En interaction avec une ou plusieurs autres personnes, il n’y a pas que les mots que l’on dit qui servent à communiquer un message: il y a aussi la façon dont on les dit. L’intonation que l’on utilise, les gestes qu’on ajoute, l’expression faciale que l’on adopte servent tous à moduler notre message. Le regard est aussi un élément important de la communication.

Par exemple, «c’est TOI qui a mangé mon biscuit !!», dit avec un air fâché ne voudra pas dire la même chose que «c’est toi qui a mangé mon biscuit ?» dit avec un sourire. Ce sont aussi les éléments de communication non verbale qui permettront de savoir si une phrase est ironique, ou si la personne qui la dit nous taquine.

Les gestes permettent aussi de mieux comprendre le message. Par exemple, nous pointons pour faire référence à quelque chose qui nous intéresse: «Oh, regarde !», ne veut rien dire si on ne suit pas du regard le doigt qui pointe.

Les personnes autistes ont du mal à comprendre et à utiliser la communication non verbale. Ils ont du mal à établir le contact visuel avec les autres, ont tendance à prendre les mots au pied de la lettre et l’humour leur est souvent difficilement accessible.

Finalement, le trouble des interactions et de la communication sociale se manifeste par une difficulté marquée à développer, maintenir et comprendre les relations avec les autres. Bien que certains autistes n’éprouvent pas le besoin d’avoir des amis, plusieurs présentent des difficultés plus subtiles. Le désir de relation avec d’autres est alors présent, mais la personne autiste a du mal à comprendre les règles implicites qui régissent les relations.

Elle comprend mal les différents types de relations (ami, connaissance, relation amoureuse, etc.) et se montre souvent maladroite dans son approche. Choisir un ami, aborder une personne dans une fête, savoir à qui on peut faire confiance, s’apercevoir quand on dérange quelqu’un sont autant de défis parfois difficiles à surmonter pour une personne autiste.

Chez les enfants autistes, on observe aussi souvent une difficulté à jouer avec d’autres enfants. Ils ont du mal à suivre les idées proposées par les autres, à partager leurs jouets ou à «faire semblant». Ils font parfois preuve de peu d’imagination.

2. CARACTÈRE RESTREINT ET RÉPÉTITIF DES COMPORTEMENTS, INTÉRÊTS ET ACTIVITÉS

On observe souvent la présence de mouvements stéréotypés et répétitifs, qu’il s’agisse d’agitation ou de torsion des doigts ou des mains, de balancements du corps ou autres. L’utilisation des objets peut aussi être stéréotypée et répétitive: aligner les objets, faire tourner les roues des petites voitures, ouvrir ou fermer les portes à répétition en sont quelques exemples. Finalement, le langage peut aussi être stéréotypé et répétitif. On peut par exemple observer de l’écholalie immédiate (répéter les propos d’autrui) ou différée (redire à répétition des parties de films ou d’annonces publicitaires, etc.). On note aussi souvent un langage exagérément formel (parler comme un adulte ou comme une encyclopédie), un pseudo accent (souvent décrit comme un accent français) ou parfois aussi l’utilisation de mots inventés. Un jeune garçon par exemple qualifiait la toilette de «baisse-culottes». On remarque aussi parfois des particularités telles que nommer les gens d’après leur âge ou leur adresse ou nommer les couleurs avec des chiffres par exemple.

Une caractéristique fréquente de l’autisme est la rigidité comportementale: besoin que les choses soient immuables, adhésion inflexible à des routines ou à des séquences de comportements, détresse lors des changements d’horaire ou de routine, etc. Par exemples, certaines personnes mangent toujours les mêmes aliments, dans la même vaisselle et assis au même endroit à la table. D’autres refusent de brosser leurs dents avant de s’être habillés, se déshabillent entièrement s’ils ont oublié une étape, même minime, dans leur habillage, ou font une crise si on change de chemin pour se rendre à un endroit. Certains peuvent même réagir très négativement si un proche change de coupe de cheveux ou si on déplace un meuble de quelques centimètres.

Les intérêts sont aussi souvent restreints et atypiques, soit par leur focus ou leur intensité. Il peut s’agir par exemple d’un intérêt intense pour les lumières, les ventilateurs ou autres objets tournants, les calculatrices ou les tuyaux de plomberie. Cela peut aussi se manifester par un attachement excessif pour un objet, comme un tournevis jouet, un bouton ou un sac particulier dont la personne refuse de se séparer. Finalement, il s’agit parfois aussi d’un intérêt habituel en fonction de l’âge de la personne, mais d’une intensité trop importante. Par exemple, certains jeunes peuvent passer plusieurs heures par jour à récolter des informations sur les dinosaures, à chercher des insectes ou à lire sur la vie des vedettes de l’heure, et qu’il s’avère extrêmement difficile de les intéresser à autre chose.

Finalement, la présence d’atypies sensorielles est fréquente dans l’autisme. Il peut s’agir d’une hyper réactivité à certains sons, textures, odeurs ou stimuli visuels, comme la sonnerie du micro-onde, des pleurs d’enfants, une texture de vêtements, une couleur en particulier, etc. On observe parfois plutôt une hyporéactivité, à la douleur, à la température ou à des bruits forts par exemple. Les particularités sensorielles peuvent se manifester par l’évitement, mais aussi par la recherche de certains stimuli.

TSA Chiffres

APPARITION ET IMPACT DES SYMPTÔMES

Les symptômes doivent être présents dès le jeune âge, mais leur impact au quotidien peut se manifester plus tardivement. Par exemple, les enfants qui présentent des déficits moins sévères peuvent commencer à éprouver des difficultés au quotidien lorsque les relations sociales se complexifient.

L’impact au quotidien doit être significatif, mais l’intensité des symptômes et du handicap associé varient d’une personne autiste à l’autre et peut aussi varier au fil des ans chez une même personne.

Il arrive aussi que des gens présentent un profil de comportement s’apparentant à ce que l’on retrouve dans le TSA, mais sans que l’impact au quotidien soit significatif. Par exemple, certaines personnes plus solitaires présentent des traits du spectre de l’autisme, mais ont toujours fonctionné sans aide ou services particuliers, ont une vie sociale qui les satisfont, occupent un emploi et ont souvent une vie de couple et des enfants. On ne pose bien sûr alors pas de diagnostic de TSA.

LA NEUROPSYCHOLOGIE DE L’AUTISME

On ne connaît pas encore les causes précises de l’autisme et il n’existe à l’heure actuelle aucun moyen de le guérir. De plus, plusieurs personnes, dont beaucoup d’autistes, expriment que l’autisme n’est pas une maladie, mais plutôt une façon différente de percevoir le monde et d’interagir avec lui. Selon eux, plutôt que de tenter de les guérir, mieux vaut essayer de les comprendre et de s’adapter à eux.

Depuis près de 60 ans, les chercheurs et professionnels tentent de mieux comprendre l’autisme. Les neuropsychologues jouent un rôle crucial dans cette quête.

LE FONCTIONNEMENT COGNITIF DES AUTISTES

Une des caractéristiques de la cognition autistique est la présence de forces et de limites cognitives marquées. En effet, les autistes sont souvent très habiles dans certains domaines, tels que la mémoire ou le dessin par exemple, mais éprouvent de grandes difficultés dans d’autres domaines, comme la résolution de problèmes ou la compréhension du langage figuré.

C’est pourquoi les chercheurs ont du mal à mesurer l’intelligence des personnes autistes. En effet, selon les tests qu’on utilise pour évaluer leur fonctionnement, le niveau intellectuel peut varier de façon importante. De plus, contrairement à ce qu’on observe chez les neurotypiques, le niveau intellectuel mesuré ne correspond souvent pas au niveau de fonctionnement au quotidien ou au rendement scolaire. Ainsi, alors que certains chercheurs estiment que 75% des autistes présentent une déficience intellectuelle associée, d’autres affirment plutôt que la majorité des personnes autistes, voire jusqu’à 75%, ne présente pas de déficience intellectuelle.

Le rôle du neuropsychologue clinicien est donc de mieux comprendre les forces et limites cognitives d’une personne afin de proposer des interventions qui correspondent réellement à ses capacités.

LES CAPACITÉS SPÉCIALES

Les capacités spéciales sont des îlots d’habiletés supérieures au fonctionnement général d’un individu. Elles peuvent parfois atteindre des niveaux remarquables. L’exemple le plus connu est celui de Rain Man, joué par Dustin Hoffman dans le célèbre film des années ’80, inspiré d’un homme nommé Kim Peek qui possédait une mémoire prodigieuse.

Ces capacités exceptionnelles touchent un nombre restreint d’habiletés, telles que la mémoire, les mathématiques, le dessin, les constructions en trois dimensions ou la musique par exemple. Elles ne se retrouvent toutefois à un niveau aussi extraordinaire que chez un nombre relativement petit de personnes autistes.

Cependant, une grande partie des autistes possèdent des pics relatifs d’habiletés. Ces habiletés dépassent le niveau attendu compte tenu du fonctionnement général de la personne, sans toutefois être nettement supérieur au niveau de la population générale.

Ainsi, plusieurs personnes autistes peuvent mémoriser avec aisance de longues listes d’items, apprennent la musique avec une facilité déconcertante, perçoivent des odeurs avec une acuité surprenante, font des calculs mentaux avec une grande rapidité ou performent particulièrement bien aux jeux vidéo par exemple.

Lorsqu’on parvient à identifier les forces d’une personne autiste, on peut l’aider à les utiliser pour favoriser son adaptation au monde des neurotypiques. Un élève autiste doué en mathématiques par exemple pourrait servir de pair aidant pour ses collègues de classe. Un autre qui est bon en orthographe sera plus facilement accepté pour un travail d’équipe, même si ses interactions avec ses collègues sont parfois difficiles.

LE NEUROPSYCHOLOGUE EST EN MESURE D’IDENTIFIER LES FORCES AUTANT QUE LES LIMITES COGNITIVES D’UNE PERSONNE AUTISTE.

Il pourra ainsi proposer des façons d’adapter l’environnement de la personne à sa façon de percevoir, de comprendre et d’apprendre. Il contribuera, en collaboration avec les autres intervenants, à l’actualisation du plein potentiel de l’individu.

 

TSA-Pionniers

 

 

RÉFÉRENCES

 

POUR EN SAVOIR PLUS…

Fédération québécoise de l’autisme

Société canadienne de l’autisme

Fondation canadienne de l’autisme

Autism Speaks

Site de Temple Grandin

 

Reportage:

Kim Peek, le plus grand savant du monde

 

Témoignages d’autistes:

L’autisme vu de l’intérieur (en 4 parties):

http://www.youtube.com/watch?v=iziheKlZADU

http://www.youtube.com/watch?v=eVlHHxJjhSE

http://www.youtube.com/watch?v=i4hZE_BoXBc

http://www.youtube.com/watch?v=siCE80-Grpk

Sur la perception dans l’autisme:

http://martinwinckler.com/spip.php?article1083

Allégorie écrite par une autiste pour nous faire comprendre son monde:

http://www.autisme.qc.ca/TED/je-suis-ted/temoignages-publications-de-TED/bienvenue-a-autismapolis.html

 

Karine Morasse