Étiquetté : 

  • Aptitude en présence de surdité et aphasie

    Posted by Claudine Boulet on 31 juillet 2017 à 20 h 17 min

    J’ai tout un défi à relever:

     

    Dame de 73 ans, nouvellement sourde (elle n’entend pas et ne connaît pas le langage des signes) et qui présente une dysarthrie sévère (lorsqu’elle dit juste un mot, il peut être possible de deviner ce qu’elle dit mais ce n’est pas toujours évident).

     

    La seule façon de communiquer avec elle est par écrit. Elle semble comprendre ce qu’on lui écrit mais elle présente de plus en plus un agrammatisme quand elle écrit (p. ex. pour m’offrir du café, elle écrit: “Can you coffee”). En passant, elle est anglophone!

     

    Évaluation ergo en cours mais elle serait relativement fonctionnelle à domicile.

     

    On me demande d’évaluer son aptitude car elle doit vendre une maison et est à risque d’abus de la part d’une voisine.

     

    Je suis super embêtée des résultats obtenus dans les quelques tests faits jusqu’à maintenant parce que je reste avec un point d’interrogation si elle m’a bien comprise ou non, malgré explications +++ et démonstrations. Bref déficit à Praxies idéo, Repérage de la lettre A, DMS-I (20/48), labyrinthes, Fluence écrite, Trail. Mais, 40/48 au DMS-2 et les rappels de la figure courte du MTOA sont réussis…

     

    Vos suggestions / commentaires sont les bienvenus!

    Claudine Boulet répondu Il y a 6 années, 1 mois 3 Membres · 6 Réponses
  • 6 Réponses
  • Jacinthe Lacombe

    Membre
    1 août 2017 à 12 h 08 min

    Wow, méchant défi!!!!!

     

    J’aurais tendance à observer la façon qu’elle agit lorsqu’elle ne comprend pas. Par exemple, si elle s’abstient de donner une réponse, ou demande des explications supplémentaires, je crois que ça peut aider à juger positivement l’aptitude. Par contre, si elle a tendance à être rigide, et que cette rigidité nuit à la compréhension de ce qui lui est transmis comme message, en plus de ses limites quant à la communication (quelle est son autocritique par rapport à ça?), j’aurais tendance à suggérer qu’elle soit supervisée lors de prise de décision importante (c’est une première impression….)

     

    Comment aborde-t-elle les labyrinthes? Bien qu’elle soit déficitaire, est-ce seulement pour le temps ou tu juges que la résolution de problèmes en soi est difficile? Est-ce qu’elle est capable d’identifier l’objectif à atteindre et de juger des différentes solutions possibles?

     

    Elle avait 20/48 au rappel immédiat du DMS-48, puis 40/48? Tu expliques ça comment?

     

    Et ses capacités de calculs, elles sont préservées?

     

    Je retiens que la fluence et similitudes sont généralement corrélées au jugement. Je n’utilise jamais que ces données, mais je les considère toujours lorsque je dois me positionner quant à l’aptitude.

  • Claudine Boulet

    Membre
    1 août 2017 à 13 h 29 min

    En fait, elle est clairement très rigide! Aux labyrinthes, elle persistait à débuter par la fin malgré que moi j’insistais pour qu’elle débute au centre. Au Trail B, de toute evidence, je n’ai jamais réussi à lui faire comprendre la tâche car elle s’est mise à relier les ronds sans aucune logique apparente. Pour le DMS, je ne sais pas quoi dire. Pourtant, j’ai donné les mêmes explications en immediat qu’en différé, prevue à l’appui vu que j’ai gardé toutes les feuilles sur lesquelles j’ai écrit mes instructions! (J’ai comme le verbatim de l’ensemble de la rencontre!). En fait, c’est justement ces résultats au DMS qui ne font pas de sens qui m’ont amenée à me questioner le plus… Pour la fluence et similitudes, ce qui me derange dans son cas, c’est que je suspecte fortement une atteinte du langage vu l’agrammatisme qui n’était pas present il y a un an selon la TS. Mais, je suis d’accord avec toi, Jacinthe, je crois que je vais conclure que les limites sévères de communication avec madame couplées à une rigidité et au fait que madame ne montre aucun effort pour tenter de comprendre ce qu’on lui dit si ce n’est pas evident du premier coup, font en sorte qu’elle est vulnerable pour la prise de decision importante…

  • Sophie Tessier

    Membre
    1 août 2017 à 19 h 24 min

    Il reste que la cliente ne serait pas fonctionnelle pour vendre sa maison si elle doit comprendre ce qui est dit par l’agent, le notaire, l’acheteur, etc. Il reste qu’elle est à risque et qu’elle doit être protégée en étant accompagnée pour effectuer des transactions ou des démarches complexes.

  • Claudine Boulet

    Membre
    2 août 2017 à 13 h 22 min

    Je suis d’accord avec toi Sophie. Je crois que j’essaie toujours d’être encore plus prudente dans l’évaluation de l’aptitude en présence de problème de communication. Je crois que tous les aphasiques ne sont pas automatiquement inaptes mais que ça peut être facile de mal les juger… Ça m’a fait du bien de partager ce cas. Ça m’a permis de me convaincre que la combinaison trouble du langage + troubles exécutifs fort probables rend la personne vulnérable…

  • Anonyme

    Invité
    3 août 2017 à 20 h 45 min

    Un peu comme le suggère indirectement Sophie, j’aurais tendance à me fier le plus possible aux comportements qui ressemblent à ceux qui vont être sollicités pour vendre sa maison (comprendre ce qui est dit, s’exprimer, calculer, juger les pours et les contres, etc.), plutôt que d’aller aux résultats des tests, pour ensuite conclure sur les troubles ou atteintes neuropsy., et ensuite revenir sur l’action complexe “vendre sa maison”.

     

     

    Pour citer une source que j’oublie: la meilleure façon de tester si une personne est capable de faire un sandwich….c’est de lui demander de faire un sandwich.

     

     

    Autre chose qui me vient en tête: pour la suite des choses, est-ce que cette dame pourrait bénéficier de séances en orthophonie? Dans mes internats en réadaptation, j’avais vu une dame qui présentait une dysphasie sévère, et c’était pratiquement impossible de l’évaluer. Après quelques séances en orthophonie, sa communication était plus fonctionnelle, on aurait dit que l’orthophoniste avait fait de la magie. Ma superviseure et moi étions vraiment impressionnés.

  • Claudine Boulet

    Membre
    4 août 2017 à 20 h 42 min

    Oui, une demande a déjà été adressée en orthophonie au CMR mais on m’a dit qu’il y aurait plusieurs mois d’attente…

    Alors, c’est sûr que la TS va entreprendre des démarches pour l’ouverture d’un régime de protection avant d’avoir les résultats de l’orthophonie parce que madame est possiblement victime d’abus financier maintenant et qu’elle veut vendre sa maison maintenant… Mais, c’est vraiment poche que ça en soit ainsi parce que, oui, j’ai très hâte d’entendre les conclusions de l’orthophoniste…